Sundari et l'Ecole Essentialiste

Le seul vrai changement que le monde réclame, c'est l'effort de chacun pour le bonheur de tous

Qui est Sundari ?

Française universaliste, philosophe, humaniste, écrivain, elle a fondé l’Ecole Essentialiste en 1951 à Paris. Toute sa vie, elle a aidé les êtres et les a incités par son amour et son exemple à acquérir une nouvelle manière de penser et de vivre qui conduit à la santé physique, morale et spirituelle.

Elle a elle-même mis en pratique tout ce qu’elle enseignait. Pendant des années, elle s’est livrée à ce qu’elle considérait comme essentiel : la purification de son être par une réforme personnelle sans répit. Sa vie a changé totalement dans tous les domaines. Et le bonheur que cela lui procurait, elle désirait le faire partager à tous les êtres en leur enseignant la manière de le conquérir.

Elle a donné tout son temps pour aider l’humanité, sans rechercher ni la gloire, ni l’argent, mais pour faire connaître l’unique moyen de sauver le monde à travers l’individu.

 

« Sundari est une humaniste étant donné sa vision globale de l’être humain : cœur, corps et esprit… L’Essentialisme n’est comparable à aucune philosophie, ni courant de pensée, étant donné que c’est l’essence de la vie même ! »

 Dr ABOURAYAM – doyen de la faculté de philosophie de

l’université d’Alexandrie

 

Une vie consacrée à l’humanité

 Sundari a été  un témoignage de l’amour altruiste vécu. A travers son exemple, ses ouvrages, ses conférences et interviews dans le monde entier, elle a fait passer un courant d’authenticité, d’amour inconditionnel et de vie.

 

             

                                                       

Ses quelque 20 ouvrages (certains traduits en allemand, anglais, arabe, arménien, espagnol, italien, japonais,  polonais, portugais et russe) ouvrent les fenêtres, les cœurs et les consciences et portent les hommes à la réflexion.

 

« Nombreux livres de haute spiritualité. »

Mgr Jean Vernette – docteur en théologie

Montauban

       

 

 La recherche de la perfection

 Sundari a faim et soif de Vérité et de Perfection. Depuis sa tendre enfance, elle souffre de la misère humaine. Elle ressent au fond de son cœur qu’elle doit donner à l’humanité, avec son amour, son temps, sa vie toute entière. A travers ses expériences de vie, elle comprend que l’on attire toujours à soi ce qui correspond à son état intérieur et qu’il y a une loi, la Loi des Equivalences, par laquelle on récolte ce que l’on a semé. Sa vie spirituelle se développe d’une façon extraordinaire et tellement visible aux yeux de son entourage, que ses proches et amis pensent qu’elle va entrer au couvent, ce qui l’amuse beaucoup, car elle n’a aucun goût pour les « religions inventées et dirigées par les hommes ». Elle veut du vrai, du vécu, de l’authentique à tout moment, dans le don total d’elle-même, au-delà de toutes constructions humaines.

 « Dans le désir sincère de hâter mon évolution, afin de pouvoir aider mes semblables, j’ai cherché la Vérité. Je l’ai trouvée en moi-même, bribe par bribe, dans la mesure de mes efforts, de mes luttes quotidiennes. Elle est en vous également et mon seul but est de vous aider à la découvrir et à la vivre. »

 « Pendant des années, je me suis livrée à ce que je considérais comme essentiel : la purification de mon être dans tous les domaines par une réforme personnelle sans répit. Mon seul souci était de ne plus être un obstacle à l’envahissement et à la libre circulation de l’esprit, de la vie et de l’amour universels. »

 « Seule la réforme individuelle peut assurer la réforme collective. Le mal est en l’homme. C’est dans ce combat contre le mal en l’homme et, partant, dans le monde, que j’essaie d’entraîner ceux qui partagent mon idéal de vie. »

 

Une éthique de vie

 « Pour moi, la vraie vie commence à l’intérieur de soi, entre le soi et l’universel. Il ne faut pas se sentir séparé des autres. Et l’amour que j’ai toujours cultivé, c’était cette propension à faire l’unité avec l’univers, avec tous les êtres du monde et les aimer tels qu’ils sont, quels qu’ils soient, afin que cette unité-là ne soit pas mentale. Que ce soit une réalité de tous les instants. »

 « Il ne me suffit pas d’être heureuse, encore faut-il que les autres le soient ! »

 

Un message pour l’humanité

 « Je pense que le moment est venu où tous les hommes devraient arracher leurs étiquettes religieuses, politiques (et autres étiquettes) pour s’unir dans l’amour universel, se retrouver et s’aimer comme des frères, tous enfants du même Père, c’est-à-dire de la Puissance créatrice, bénéfique, intelligente et bonne qui régit l’univers. Je ressens profondément que nous sommes tous étroitement liés dans la conscience cosmique, que nous venons tous de cette même matrice universelle à laquelle nous devons tous finalement retourner. »

« Je me sens poussée par une Force d’Amour extraordinaire à aider les êtres du monde à revenir à la Source Unique à laquelle toutes les religions se réfèrent. Et cela, en leur montrant la nécessité de s’améliorer durant leur passage terrestre par la pratique des lois cosmiques. »

« Je ne me prends pas pour quelqu’un ; je n’essaie même pas d’être quelque chose. J’ai l’impression profonde que je ne suis rien d’autre qu’une petite poussière sur laquelle l’Esprit veut bien souffler, quand Il le veut, pour montrer Sa direction. Ma force, c’est d’être sincère avant tout et de laisser parler ce que je “reçois” et qui passe par le fond de mon cœur et cela dans l’effacement, l’humilité la plus totale. C’est cela ma force : savoir que je ne suis rien et que Celui qui m’inspire est tout, absolument tout et qu’en Lui, on trouve tout, le remède à tous les maux, la solution à tous les problèmes, à condition de s’En approcher. »

« Mon couvent à moi, c’est le monde et c’est dans le monde que je veux servir Dieu à travers mes semblables, sans aucun déguisement, dans la liberté totale de mon cœur et de ma conscience. »

(Les citations proviennent de notes autobiographiques et d’interviews de Sundari à la Radio Suisse Romande)

 

 

 « … Le travail sur l’âme me semble une tâche gigantesque. Il n’est pas facile de se séparer du mensonge, de tout ce qui nous est étranger et nous a été inculqué depuis l’enfance. Mais pour ceux qui en ont pris conscience, cette tâche est la plus belle de toutes, elle est source de joie, de plénitude et de bonheur. C’est la créativité suprême, car c’est se recréer à l’image et à la ressemblance de l’Unique. Seul ce travail peut nous faire comprendre la vérité toute simple : tous les êtres ne sont pas seulement frères et sœurs ; ils forment un seul tout, car nous sommes « un » en Dieu.

 … Tout serait tellement plus simple ! Mais pour l’une ou l’autre raison, l’humanité s’obstine à fuir cette voie. Prônant la paix et l’amour, elle sème la violence… En relisant les lignes de Sundari, je m’émerveille de leur clarté et de leur simplicité.Mais comme elles recèlent la profondeur du chemin parcouru ! Oui, ce sont là des formules universelles ! »

 Marina de Krasnoïarsk - Sibérie

 

« Je suis là pour essayer de faire mûrir le cœur et l’esprit de mes semblables, de les aider à les diriger vers le Créateur, à compter avec Lui, à compter sur Sa Force, Son Amour. »

Sundari

Copyright © 2015. All Rights Reserved.